Histoire

L’histoire de Conservas Ortiz remonte au XIXe siècle lorsque, après le décès de Lázaro Nafarrate en 1850, sa fille Higinia Nafarrate épouse Antonio López de Aréchaga. Ils auront une fille, appelée Petra López de Aréchaga Nafarrate.

Quelques années plus tard, en 1891, le fondateur de Conservas Ortiz, Bernardo Ortiz de Zárate, originaire d’Alava, s’installe à Ondarroa dans l’idée d’entreprendre de nouvelles affaires. Il épouse Petra López de Aréchaga Nafarrate , qui donne naissance à un fils, José.

Bernardo apprend le métier avec son beau-frère et se lance dans le monde des conserves. Il se rend sur les quais pour acheter aux pêcheurs de la côte les anchois et les thons germons et, grâce aux possibilités offertes par l’escabèche et les fûts de bois, la conserve de poisson est vendue dès le lendemain dans tout le nord de la Castille.

Il conçoit et met au point un système d’usines itinérantes qui ne travaillent que pendant la campagne de printemps dans l’objectif de tirer le maximum de profit de son entreprise.

Viuda de Ortiz e Hijo

Bernardo meurt alors que José est encore un enfant. Petra reprend alors l’affaire et la rebaptise Viuda de Ortiz, puis Viuda de Ortiz e Hijo quelques années plus tard.

L’art de la conservation s’est progressivement amélioré, Conservas Ortiz s’est donc peu à peu établi dans cinq sites implantés sur la côte du Pays basque (Ondarroa, Lekeitio et Zumaia), en Cantabrie (San Vicente de la Barquera) et dans les Asturies (Candás).

1

Après la mort de Bernardo, sa femme, Petra, prend en charge l’affaire.

L’entreprise adopte alors le nom de « Viuda de Ortiz e hijo ».

6

Les usines itinérantes ne travaillaient que pendant la campagne de printemps.

 

L’objectif consistait à tirer le maximum de profit de l’entreprise.

L’anchois, produit phare

Au début du XXe siècle, Conservas Ortiz s’ouvre sur le monde. Les entreprises de conserves tournent leur regard vers l’Italie et vers les pays d’immigration italienne comme les États-Unis, le Canada, l’Australie, la Nouvelle-Zélande et l’Afrique du Sud.

Le produit phare était l’anchois. La technique de la conservation en salaison (alla vera carne) a été introduite sur la côte cantabrique par les Italiens, conscients que les meilleurs spécimens de ce poisson vivaient dans ces eaux. Il était ainsi possible de préparer la semi-conserve pour l’envoyer en Italie.

En 1942, José Ortiz et son fils, José Antonio Ortiz, créent la société à responsabilité limitée qui devient Conservas Ortiz S.A. en 1956.

À l’heure actuelle, l’entreprise est dirigée par la cinquième génération de la famille.

Aujourd’hui

Conservas Ortiz respecte la tradition et la pêche selon les marées, et s’applique à n’acheter que des thons germons pêchés à la ligne, un à un. C’est pour cette raison que le soin avec lequel nous traitons le poisson est un signe distinctif de qualité.

L’élaboration des conserves d’exception se manifeste jusque dans leur présentation soignée, fidèle au style d’antan..

Visitez notre galerie souvenir.

Les moments phares de l’histoire d’Ortiz expliqués en album photos.